Frère Sitati fait un discours capital au congrès sur la liberté de religion tenu au Rwanda

Communiqué de presse

Joseph Sitati, Soixante-dix Autorité générale de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et membre de la présidence de l’interrégion d’Afrique du Sud-Est, a fait un discours très capital au congrès sur la liberté de religion tenu à Kigali, la capitale rwandaise.

Frère Sitati était parmi plus d’une douzaine de grands intervenants lors du 3ème Congrès panafricain sur la liberté de religion qui s'est tenu du 13 au 15 septembre 2018, auquel ont pris part des participants venant de plus de 30 pays africains.

Frère Sitati a parlé sur la promotion de la liberté de religion parmi les religions et les nations.

Dans son allocution, frère Sitati a déclaré que «la liberté religieuse a pour but d'aider les individus et les communautés à prospérer, mais aussi de leur permettre de vivre leurs idéaux les plus élevés. »

« Nous, êtres humains, sommes des créatures spirituelles complexes, ayant un désir ardent de nous exprimer librement et nous faire comprendre. Chacun d'entre nous, d'une manière ou d'une autre, lutte pour la liberté de l'âme. C'est notre nature d'enfants de Dieu. Nous prospérons lorsque nos aspirations ont de l’espace pour grandir », a dit frère Sitati.

Le congrès avait pour thème général : La liberté de religion : un espoir pour bâtir un continent tolérant et pacifique.

Les réflexions du congrès ont évolué autour de la vision de l'Union africaine, Agenda 2063, dont l'objectif N˚3 vise une Afrique de la bonne gouvernance, de la démocratie, du respect des droits de l'homme, de la justice et de l'État de droit.

Les observations de frère Sitati ont porté sur plusieurs aspects de la liberté de religion, notamment la dimension humaine, le rapport entre la liberté et la religion, la dignité et les droits humains, les différences entre individus, la diplomatie religieuse et la vie en communauté.

 

LA COHÉSION SOCIALE

« La liberté religieuse est importante car la religion elle-même est importante. Les personnes et les communautés religieuses sont particulièrement bien placées pour aider à résoudre les problèmes de la société », a dit frère Sitati.

« De nombreuses études montrent que la religion crée la confiance, qui est un élément nécessaire à la cohésion sociale et à la croissance économique. La confiance entre les individus et les organisations influe sur la performance économique d’un pays », at-il ajouté.

Frère Sitati a dit que même si la loi était essentielle pour établir de l'ordre, fixer des limites, mettre en places des normes et encourager une bonne conduite, elle devait être plus meilleure lorsqu’elle est accompagnée des valeurs de développement, de confiance et de bonté. « Si ce n'est pas le cas, l'application de la loi par les gouvernements ou l'affirmation des majorités sociales peut freiner la vitalité de l'esprit humain », a-t-il dit.

Frère Sitati a dit que l’existence de la liberté religieuse était liée à des niveaux de corruption très inférieurs.

« La corruption a un effet destructeur sur la société, affaiblissant la confiance du public envers les dirigeants et les institutions et appauvrissant des économies entières. L’absence de corruption, d’autre part, est souvent mentionnée comme l’un des facteurs essentiels au développement économique durable », a dit frère Sitati

DE GRANDES LIBERTÉS

Il a ajouté que de plus en plus de recherches ont démontré que la liberté de religion favorise la paix dans la société. Cette liberté aide à réduire les incidents de violence et de conflit religieux, a dit frère Sitati. Et dans les sociétés où la liberté de religion n’est pas respectée et protégée, at-il dit, le résultat est souvent le contraire: il y a une augmentation de la violence et des conflits plus habituels qui perturbent les activités économiques quotidiennes indispensables à la prospérité des entreprises.

Il a ajouté que la liberté de religion favorise une plus grande liberté. « Des preuves empiriques importantes indiquent une forte corrélation entre la présence de la liberté de religion et d'autres libertés, ainsi que divers résultats sociaux et économiques positifs allant des meilleurs soins de santé aux revenus plus élevés pour les femmes », a dit frère Sitati.

Le congrès était organisé par l'association All Africa Religious Liberty Association.

Remarque concernant le nom de l’Église:Quand vous parlez de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, veuillez utiliser le nom complet de l’Église la première fois que vous la mentionnez. Pour avoir plus de renseignements sur l’utilisation du nom de l’Église, consultez notre Guide de rédaction.